Vinte caçoes de amor e um poema deseperado Teatro Sao Luiz les 17 et 18 mai 2008

Vingt chansons d’amour et un poème désèspérées et 18 mai 2008 Théâtre Sao Luiz à Lisbonne

 Théâtre Sao Luiz, est un très beau théâtre à l’italienne situé près de la rue Garrett, Baixa Chiado,

où vous trouverez Monsieur Pessoa assis à sa table, très souvent dérangé par les touristes pour la photo souvenir. Il est environ 20H30, je paie ma consommation non alcoolisée, je passe devant Monssieur Pessoa que je salut avec un grand respect au passage,

et je tourne à gauche, je remonte la rue Cardoso jusqu’au théâtre,  j’avais pris soin de faire un repérage la veille.  Lentement, l’heure du spectacle approche, comme d’habitude, je jette des coups d’œil partout,  Je rentre dans la salle après avoir présenter mon billet, whaou !!!!! superbe,  ma place est là au sixième rang ; je m’installe.  Mon appareil photo est sagement installé dans mon sac, près à travailler en toute discrétion, en silence et sans flash, comme convenu ; il est très gourmand, et commence à avoir faim.  Je lui avait fait la morale quelques jours avant : « soit discret et respectueux », malgré ça, 3/4 heure après le début du spectacle, un  monsieur est venu me dire qu’il était interdit de photograaphier, j’ai donc rangé gentillement mon appareil, mais il a quand même eu le temps d’engloutir quelques clichés, Gargantua  c’est régalé.

 La lumière s’éteind enfin ; Pedro Abrunhosa entre sur scène sous les aplaudissements du public, s’intalle au piano pour une première chanson « Allélujah de Lèonard Cohen…

   

 De magnifique photos en noir et blanc sont projetées sur un écran…

Après quelques titres en solo, les musiciens arrivent petit à petit sur scène,  et se répartissent sur les planches, chacun est éclairé par une petite lampe de chevet. 

                  

                  

 Et la suite est un vrai régal pour les oreilles, entre les propres chansons de Pedro Abrunhosa, Balada de Gisberta, Momento, se eu fosse um dia o teu olhar, è preciso ter calma… et l’interprétation sublime de grand nom comme : Otis Reading, Ray Charles, Prince, Bob Dylan Tom Wait, Lou Reed… Jevetta Steele, I Calling you Bagdad Café,  et une interprétation très réussi et magnifiquement drôle de je t’aime moi non plus, Jeane et Serge, heu… je crois que je me trompe, c’est Jane et Serge,  Et quel soupir !!!! très sexy…En tout vingt chansons et le poème désépéré que voici qui s’est emboîter dans une bouleversante interprétation de Serà :

Poema Deseperado 

Mãe, eu quero ir-me embora – a vida não é nada
daquilo que disseste quando os meus seios começaram
a crescer. O amor foi tão parco, a solidão tão grande,
murcharam tão depressa as rosas que me deram –
se é que me deram flores, já não tenho a certeza, mas tu
deves lembrar-te porque disseste que isso ia acontecer.


Mãe, eu quero ir-me embora – os meus sonhos estão
cheios de pedras e de terra; e, quando fecho os olhos,
só vejo uns olhos parados no meu rosto e nada mais
que a escuridão por cima. Ainda por cima, matei todos
os sonhos que tiveste para mim – tenho a casa vazia,
deitei-me com mais homens do que aqueles que amei
e o que amei de verdade nunca acordou comigo.


Mãe, eu quero ir-me embora – nenhum sorriso abre
caminho no meu rosto e os beijos azedam na minha boca.
Tu sabes que não gosto de deixar-te sozinha, mas desta vez
não chames pelo meu nome, não me peças que fique –
as lágrimas impedem-me de caminhar e eu tenho de ir-me
embora, tu sabes, a tinta com que escrevo é o sangue
de uma ferida que se foi encostando ao meu peito como
uma cama se afeiçoa a um corpo que vai vendo crescer.


Mãe, eu vou-me embora – esperei a vida inteira por quem
nunca me amou e perdi tudo, até o medo de morrer. A esta
hora as ruas estão desertas e as janelas convidam à viagem.
Para ficar, bastava-me uma voz que me chamasse, mas
essa voz, tu sabes, não é a tua – a última canção sobre
o meu corpo já foi há muito tempo e desde então os dias
foram sempre tão compridos, e o amor tão parco, e a solidão
tão grande, e as rosas que disseste um dia que chegariam
virão já amanhã, mas desta vez, tu sabes, não as verei murchar.

 Maria do Rosário Pedreira

  A la fin du spectacle Pedro a partagé ses fleurs avec le public, j’en ai reçu une dans la main, mais elle était entre moi et ma voisine, je l’ai laissé à ma voisine.

Un tès beau spectacle, qui vient encore consolider toute l’admiration que j’ai pour Monsieur Abrunhosa, quelqu’un hors du commun et d’une très grande Sensibilité. Un recepteur du monde qui émet  des ondes chargées d’humanité.

 

3 votes. Moyenne 1.50 sur 5.